Quelques mots sur l’exploitation

Présentation de l’exploitation:
François de Solminihac est l’arrière petit-fils du premier ostréiculteur des fameuses huîtres plates du Bélon, Auguste de Solminihac, qui a su profiter intelligemment du site avec le chercheur Victor Coste. Déjà, au génération précédentes, la famille du manoir expédiait des huîtres sauvages de Bélon vers Paris en voiture à cheval.
L’exploitation se situe à l’endroit où la rivière de Bélon se jette dans l’océan, d’où une eau moins salée et riche en fer qui donne son goût particulier aux huîtres qui y sont élevées.
A travers l’évolution de cette exploitation,la famille de Solminihac a tenu à conserver un certain artisanat afin de conserver la réputation qu’elle cultive depuis plus d’un siècle et de garder le goût unique de ces huîtres.
Auparavant, les huîtres étaient sauvages et personne n’avait pensé à les élever. Auguste de Solminihac restera donc un pionnier dans ce domaine.

Employés Ostréicole au temps d’Auguste de Solminihac

Un peu de géographie :
Nous sommes à Riec sur Bélon, petite commune côtière entre Lorient et Quimper…

(ajouter la carte)
Sur cette carte, vous voyez les deux bras de mer ou rias qui rentrent sur plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres.
Ces 2 rivières contiennent un mélange d’eau douce et d’eau de mer mais elles sont malgré tout très différentes:

Dans l’Aven, qui est un bras de mer à fond très plat, l’eau douce provient d’une rivière importante qui arrive à Pont-Aven.
Dans le cas de la rivière du Bélon qui est , au contraire, très encaissée telle une faille avec des trous d’eau jusqu’à 10 mètres de profondeur, il n’y a pas de rivière importante en amont mais simplement un petit cours d’eau.

La rivière de Bélon :
Une bonne partie de l’eau douce provient de sources qui surgissent dans la riviére de Bélon.
Ces sources sont les aboutissements de rivières souterraines qui, d’après des études hydrologiques, remonteraient jusqu’au centre de la Bretagne du côté de Châteauneuf du Faou.
Leurs lits sont très profonds et l’eau peut ainsi s’enrichir de sels minéraux et de métaux (notamment le fer) qui procurent en partie son goût si particulier à l’huître de Bélon.

vue chenal

vue chenal de la rivière de Bélon

Les particularités du bélon :

Le site de la rivière du Bélon est très favorable à la crémance de l’huîtreEn effet, il y a de forts courants de marée qui amènent de façon continue et abondante le plancton qui constitue la nourriture principale de l’huître. Il y a 2 marées par jour, c’est à dire que cet estuaire se remplit et se vide deux fois par jour. Cela favorise encore plus le brassage de l’eau; le mélange eau douce/eau de pleine mer atteint un taux de salinité idéal pour la pousse et l’affinage de l’huître.

Le goût de la Bélon :

L’huître plate de Bélon, affinée en rivière de Bélon, révèle toute une série de nuances, d’habitude annihilées par le goût du sel dans l’huître de pleine mer.

plate

Huîtres plates de Bélon

Elle fait partie des mets fameux, tel le caviar, le très bon vin, la truffe ou le bon chocolat qui ont en commun un goût évolutif, à savoir:

–  Un premier goût quand on la gobe.
–  Un deuxième goût quand on la croque.
–  Un troisième goût quand on l’avale, suivi d’une rémanence de parfum très importante qui produit l’enchantement. On parle souvent d’un petit goût de noisette de l’huître de Bélon.

 

Descente sur le port:
En descendant vers les installations côtières, vous pouvez voir l’embouchure de la rivière et l’océan dont nous sommes éloignés d’environ 1km.
Sur le port, nous pouvons voir de l’autre côté du bras de mer, un autre quai : c’est le port de Bélon, côté Moëlan-sur-Mer.

Autrefois, lorsqu’il n’y avait ni voiture ni routes correctes, les deux rives formaient une seule entité car cela allait beaucoup plus vite d’aller de l’autre côté en barque que d’aller aux bourgs de Riec ou de Moëlan, situés à plusieurs kilomètres.

embouchure

L’embouchure de la rivière

Le manoir familial:

Voici le manoir de la famille Solminihac appelé Château de Bélon. C’est un ancien rendez-vous de chasse fortifié pour garder le port et embelli au 18ème siècle par une façade en pierre blanche. C’est ici que vivait Auguste de Solminihac, le créateur de l’huître de Bélon, et c’est toujours la demeure de la même famille d’ostréiculteurs passionnés par ce domaine naturel et historique. En tant que client de notre exploitation vous êtes un acteur directe de la préservation de ce site exceptionnel. 

chateau

Le château de Bélon

Bassins et parcs:
Voici les bassins. Les huîtres sont disposées en plateaux ou en poches grillagées sur des armatures métalliques appelées « tables ».
Cela les décolle du fond et leur permet de mieux respirer. De même, il est plus facile de les retourner afin d’éviter la prolifération des algues. Certaines huîtres sont néanmoins stockées à même le sol, ce qui les rend meilleures mais nécessite plus de manipulations car elles doivent être retournées à la fourche.

08Sep2013_IMG_8599_600_601 (1)

Vue sur les bassins et sur les parcs

Ces bassins contiennent différentes sortes de coquillages: huîtres plates, creuses, moules, palourdes, bigorneaux. Les vannes que vous pouvez voir sur chaque bassin permettent d’actionner les portes qui, fermées, retiennent l’eau de mer dans les bassins pendant le temps de la marée basse (6 heures).

Au delà des bassins, vous apercevez les parcs avec également des tables métalliques, mais beaucoup plus hautes où sont fixées des poches d’huîtres creuses. Les plates sont cultivées à plat sur le sol.

Ancienne exploitation:

maison favenec proche

Parcs et magasin amont

Dans cet ancien bâtiment, autrefois se faisait le travail sur les huîtres et le travail d’expédition. Maintenant, on n’y fait plus que le travail des coquillages en rapport avec les parcs et les bassins.

Le travail d’expédition se fait maintenant au niveau du bassin surélevé et du local carrelé, local conforme aux normes européennes.

sous bois de bélon

Parcs et magasin aval